Accédez à l'extranet

 

Réhabilitation d'une ancienne dynamiterie

Port Vendre (66)

 

 

De la dynamite au projet paysager

Paulilles est un paysage préservé, d’une grande douceur, entre mer et coteaux de vignes, une baie au pied des Pyrénées qui s’étend sur 32 hectares et sur laquelle ont été construits, depuis 1870, plus d’une centaine de bâtiments formant une usine de fabrication de dynamite. « Cette ancienne dynamiterie a été fermée en 1984. » explique Gilles Marty, directeur de l’agence INCA, spécialisée dans les architectures en sites sensibles. « Le conservatoire du littoral (en partenariat avec le Conseil Général des Pyrénées Orientales) ayant décidé de ré-ouvrir le site au public, le projet a consisté à redonner à ce cadre unique une cohérence nouvelle. L’ architecture des bâtiments existants était hétérogène allant d’un atelier de caisserie au dépôt de détonateurs en passant par la centrale vapeur. Les bâtiments présentaient des échelles et des modénatures très variées. Ils ont été maintes fois remaniés et transformés au fil du temps et nous les avons trouvés dans un état relativement délabrés.» Bilan : 48 constructions ont été démolies (certaines étant situées en zone inondable), 9 ont été réhabilitées, un pavillon d’accueil de 10 m2 a été réalisé. « Au total, notre intervention a touché plus de 17 hectares.  Le projet, qui est avant tout un projet paysager, a consisté à penser chaque bâtiment en relation avec le paysage et à réinterpréter les anciennes fonctions des bâtiments dans de nouveaux usages. »

 

Toute une déclinaison de claustras en bois de mélèze

La maison du directeur de l’usine, transformée en Maison du site pour accueillir le public, privilégie un point de vue sur le jardin du Directeur et l’ancienne cheminée de l’usine. Le château d’eau de l’usine, une construction massive en schiste couronnée d’une citerne, a été transformée en Vigie avec un belvédère en bois offrant au visiteur une vision panoramique sur les quatre points cardinaux du site. La Grande halle, bâtiment de stockage de 85 m de long sur 12 m de large, est conçue comme un « trait » dans le paysage, un lien entre mer et terre.

« Pour ces 3 bâtiments, et pour les 6 autres, nous avons cherché à unifier les matériaux utilisés en façades, charpentes et couverture en jouant dans un registre de matériaux très simples en accord avec le paysage, le bois, la pierre, des enduits et des fresques à la chaux, des tuiles mécaniques ou du zinc à joint debout en couverture. Nous avons mis en valeur les rythmes industriels, simples et répétitifs des différents bâtiments tout en permettant l’identification des interventions contemporaines. Pour cela, nous avons joué - en façade notamment - sur un claustra en mélèze massif (voir encadré technique) qui fait parfois office de brise-soleil, d’habillage de façade, de banc, de volet, de filtre visuel… Il prend une forme différente selon les bâtiments :il est fixe ou mobile à l’image de grands volets s’ouvrant en accordéon verticalement ou horizontalement. Ce claustra court par exemple sur tout le pourtour des sur-hauteurs de toiture de la Grande Halle pour assurer un éclairage naturel et sur les deux pignons avec de grandes ouvertures en accordéon de plus de 3,50 m de large. »

 

 


©INCA ©INCA  
 1 

 

Le chantier vu du ciel
 2 
La charpente de la grande halle
 
 
 3 
La grande halle en cours

 

Des structures bois indépendantes se glissent à l’intérieur des bâtiments existants

On retrouve ce principe de grands volets mobiles (se repliant verticalement cette fois) au niveau du rez-de-jardin de la Maison du site ouvrant sur la terrasse d’une buvette. Particulièrement abimée, la Maison du site a été démolie en quasi-totalité, seuls 3 murs de façade et un mur de refend ont été conservés après une reprise en sous œuvre des fondations.  Le plancher d’étage a été reconstruit avec une solution mixte bois / béton associant une structure en planches pour reprendre les efforts de traction et un remplissage en béton pour la compression (voir encadré technique).

« Le bois nous a été particulièrement utile pour la signature des créations contemporaines en utilisant toutes les possibilités offertes par ce matériau : habillage, claustra, filtre, charpente. Ainsi, afin de ne pas solliciter les maçonneries souvent délabrées et pour répondre aux exigences de sismicité, nous avons réalisé des structures bois indépendantes qui se glissent à l’intérieur des bâtiments et portent les nouveaux planchers et les nouvelles charpentes. Ce procédé a permis sur certains bâtiments de surélever les toitures par rapport à la maçonnerie existante afin de dégager du volume supplémentaire pour de nouveaux usages. »

 

Une cabine en clins surmonte un ancien château d’eau

Concernant la Vigie, par exemple, le nouveau volume haut qui surmonte dorénavant l’ancien château d’eau, a été conçu sur un principe de claustra identique à celui utilisé pour la Maison du site et la Grande Halle : c’est une cabine entièrement en clins (4,50 x 4,50 m et 3,15 m de haut), ouverte aux 4 vents et intégrant 4 volets bois repliables horizontalement pour ouvrir des points de vue sur le paysage. La structure porteuse a, par contre, été réalisée en pin traité autoclave de classe 4 compte tenu de la proximité de la mer. Elle est constituée de 4poteaux en bois massif de section variable pour permettre à la cabine, une fois posée sur le sommet du château d’eau, de s’aligner très précisément avec les façades existantes en schistes qui ne sont pas parfaitement planes. Les poteaux en bois massifs de la structure porteuse sont fixés par platines et boulons sur 4 poteaux bois (section 150 x 150 mm) ancrés dans chacun des angles des murs en schistes de la tour par l’intermédiaire de tiges filetées scellées chimiquement. La stabilité du système est assurée par un escalier hélicoïdal (limons en pin traité autoclave et marches en douglas) qui relient entre eux les 4 poteaux au fut métallique central (450 mm de diamètre). Le platelage de la cabine est en bois massif de 4 cm d’épaisseur reposant sur un système solives / pannes + étanchéité bitumineuse collée à chaud. La couverture est en zinc posé à joint debout sur des panneaux CTB-H fixés sur une charpente (pente 5 °) combinant pannes et chevrons. « Toute la structure et l’habillage en clins de bois de la cabine ont été entièrement montée au sol avant d’être levés à la grue. »

 

 

Un pavillon d’accueil en panneaux de bois contrecollés autoportants

Seul bâtiment neuf du projet, le pavillon d’accueil et d’information situé sur l’aire de stationnement a été réalisé en panneaux de bois contrecollés autoportants en mélèze de 20 cm d’épaisseur, assemblés entre eux par vissage et reposant sur un radier. La toiture, en porte à faux,est également composée de deux panneaux contrecollés, identiques à ceux utilisés en murs, recouverts d’une étanchéité monocouche. Pour conserver une harmonie d’ensemble, toutes les façade de ce pavillon sont habillées des mêmes tasseaux bois de mélèze que les autres bâtiments et les fenêtres sont également équipées de volets bois repliables. Il y a encore bien d’autres choses à dire sur ce superbe site de Paulilles mais « la principale, c’est qu’après plus d’un siècle de fermeture au public et 20 ans d’abandon, nous avons « redonné » ce site merveilleux, exceptionnel sur la côte catalane, au paysage et au public…. »  conclue Gilles Marty. A voir absolument si vous passez dans la région, l’inauguration est prévue au mois de septembre mais le site est ouvert depuis le 28 juin dernier.

 

©INCA ©INCA ©INCA ©INCA
 4 
Préparatif de la vigie, avec les fameux claustras
 
Avant le levage, on distingue le pylône central de l'escalier
 
 6 
Installation finale
 
 7 
L'escalier hélicoïdal

 

TECHNIQUE

Le claustra en mélèze

Ce claustra a fait l’objet d’un prototype en début de chantier. Il est composé de tasseaux mélèze brut classé 3 et non traité de section 50 x 40 mm (longueur maximum de 3 m avec des points de fixation tous les 1 m), coupés à 45 ° dans les angles et orientés vers l’extérieur pour permettre l’évacuation des eaux de pluie. Entre chaque longueur de tasseau, un joint creux de 5 mm est réalisé pour éliminer tout risque de rétention d’eau. Selon les ouvrages, les tasseaux sont vissés (en laissant entre chaque tasseau un vide de 40 mm correspondant à la hauteur d’un tasseau) soit sur des montants verticaux de 50 x 50 mm vissés dans les maçonneries existantes, soit sur des potelets en bois de 100 x 100 mm fixés entre les structures existantes soit directement sur des profilés métalliques en acier galvanisé de 30 x 50 mm constituant le cadre de grands volets mobiles. « Dans ce dernier cas,les tasseaux sont alors fixés sur une aile métallique pré-percée de 20 mm permettant de les fixer par l’arrière de manière invisible. »

 

Le plancher collaborant bois - béton

Le plancher collaborant de la Maison du Site est composé de pré-dalles en bois et d’une dalle béton (procédé D-Dalle de l’entreprise CBS – CBT). Les pré-dalles bois sont constituées de planches de douglas brutes de sciages (section 40/200 mm et jusqu’à 75/225 mm, longueur de 4 m, 5 m et plus, largeur 1,25 m) qui sont assemblées par vissage ou par clouage de façon décalées les unes des autres, pour augmenter la hauteur statique de la dalle. Une dalle béton de 80 mm d’épaisseur a ensuite été coulée en incorporant un treillis soudé en zone courante. « Particularité, ces prédalle en bois (qui reposent sur des muraillères en lamellé-collé portées par des poteaux en douglas lamellé-collé de 150 x 150 mm) se retourne pour devenir mur de façade et permettre de libérer une double hauteur sous plafond au niveau de l’accueil. »

©INCA ©INCA ©INCA
Les pré-dalles enr bois
 9 

Avec le béton et la charpente

10 
La maison du directeur, avec le bâtiment d'accueil et le mur de façade en bois
©INCA ©INCA ©INCA  
11 
Le pavillon d'accueil à l'entrée du parc avec des claustras finalisés
 12 

Les prototypes des claustras installés sur le chantier

13
 
Détail de la toiture.

Coordonnées

Maître d'ouvrage : Architectes : INCA, Innovation Création Architecture (Gilles Marty, Aurélia Coche)
85 cours de la Libération, 38100 Grenoble
Tél.: 04.76.84.55.91
Fax: 04.76.84.1901
e-mail : contact@inca-architectes.com


Entreprise de charpente : Apogée(Grande halle, Vigie, Local jardin, Platelage de l’esplanade)
Route de Sorède KM 3, 66700 Argeles sur mer
Tél. : 04.68.81.19.09
Fax. 04.68.81.63 .16
PCT (Bâtiment d’exposition, Atelier des barques, Local hameau, Maison de site, Pavillon d’accueil)
32 rue JB Biot, 66000 Perpignan
Tél. : 04.68.52.10.97
Fax : 04.68.52.08.00

 

Bureau d'études structures : Alpes Structures
574 avenue de la Gare, 38530 PONTCHARRA
Tél.: 04.76.97.97.88
Fax: 04.76.97.97.87
e-mail : alpes.structures@wanadoo.fr

 

Entreprise de menuiserie : Squal Quinta
12 rue du Fer à Cheval, 66000 Perpignan
Tél. : 04.68.54.28.22
Fax: 04.68.54.57.74

 

Paysagiste mandataire : ALEP, Atelier Lieux & Paysages
« La glaneuse » avenue Philippe Girard, 84160 Cadenet
Tél. : 04.90.68.88.84
Fax : 04.90.68.88.85
E-mail : contact@alep-paysage.com

 

 

E-boutique
sample1

A LA UNE
SEQUENCES BOIS 105

sample1

S'ABONNER À SÉQUENCES BOIS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toute la documentation sur la construction et l'aménagement grâce au matériau boisEn savoir plus